Qui sommes nous ?

Au cœur des Forges, depuis 30 ans, des personnes ont choisi d’habiter les lieux et de s’y investir.

Au fil du temps, elles ont chacune contribué à imprimer, dans la diversité de leurs talents, l’esprit qui anime aujourd’hui l’association. Elles portent la conviction que chaque personne a vocation à être créatrice, et que le sens du travail est de développer les capacités d’épanouissement de chacun.

Elles s’appuient sur quelques repères longuement expérimentés :

  • Partager simplement une qualité de vie et une solidarité à l’échelle humaine,
  • Accepter l’attente, la page blanche, l’apparence du vide,
  • Apprendre à s’émerveiller, et pour cela développer ses capacités sensibles.
  • Poétiser la matière,
  • S’engager dans l’acte, en toute responsabilité et liberté,
  • Prendre le risque de solutions seulement probables,
  • Consentir à l’autre, dans la richesse de sa différence,
  • Se laisser transformer par la relation et le don,
  • Accueillir la beauté comme un fruit…

En guise de conclusion, un extrait d’un des spectacles créés au Creusot : « …mais alors, aimer et travailler, finalement, c’est la même chose ! « 

Origines

Les Ateliers des Forges sont le fruit  d’une aventure culturelle, sociale et économique vécue dans une période de bouleversement du bassin de vie et d’emploi du Creusot, à l’heure de l’effondrement de la sidérurgie. Les Forges de Perreuil, qui avaient été longtemps dans le giron des usines Schneider, se métamorphosent depuis 1985 en devenant un foyer de vie au service de l’art et de la culture.

En 1980, un élu du Creusot, Albert Boudot, rencontre une équipe d’animateurs culturels et leur partage son questionnement : Le Creusot est en perte de vitesse. Plus d’embauche à l’usine, nous sommes à la veille d’une mutation de société.  Il leur propose d’engager un projet artistique et culturel avec cette population.

Un grand élan populaire se déclenche. En quelques mois, plusieurs centaines de creusotins de tous âges, tous milieux… se mobilisent. Les bleus, les blouses et les costumes, associations de la ville, anciens ou jeunes désœuvrés se côtoient. Tous s’y mettent, sur scène, dans les coulisses, sur la plaine des Riaux,  site d’origine de l’usine. La friche se ranime et accueille cette population qui se réconcilie avec son histoire dans un grand élan de solidarité et d’espoir. Toute la ville viendra voir le spectacle joué en juin 1982.

De cette aventure naît l’ASHEP, Association d’Histoire et Expression Populaire, qui rassemble les personnes les plus impliquées désireuses de poursuivre et nourrir ce premier élan, qui durant une dizaine d’années crée et joue tous les ans  un spectacle d’histoire et d’expression populaire au Creusot d’abord, puis à Monceau les Mines et à Rozelay, dans le bassin minier.

Une seconde association voit le jour  en 1983 pour créer des stages d’insertion avec  des jeunes sans emploi en stage continu sur l’année. Ces jeunes, qui trouvent vie et enthousiasme à travers les spectacles, sont demandeurs de poursuivre. Le premier de ces stages, durant lequel une douzaine de jeunes réalisent un gradin de 1000 places,  donne naissance à une petite entreprise d’insertion, Profil Scène,  qui va louer du matériel scénique pendant les premières années.

L’ancienne usine des Forges de Perreuil, alors friche industrielle, est acquise en 1985 grâce à l’aide de personnes sensibles à ce projet.  Alors que Creusot-Loire a fermé ses portes, les Forges renaissent  grâce à ceux, jeunes ou adultes, qui à travers des chantiers et des stages associatifs, ou  encore embauchés dans l’entreprise naissante, vont reprendre goût au travail et pour certains se remettre debout.

Après cette première décennie, Les Ateliers des Forges s’enracinent. Une équipe permanente s’y installe. Elle poursuit l’aménagement du site au service du spectacle vivant, et n’a jamais interrompu depuis cette mission de création, d’accueil, de formation et de service.

Un film vidéo de 52 minutes, réalisé en 1987 avec FR3 Bourgogne, présente l’aventure des spectacles.